Leur emprise sur le gouvernement

     L'objectif de la mafia est d'avoir un maximum de pouvoir et de richesses. Elle infiltre généralement les gouvernements pour pouvoir mieux infiltrer l'économie mais aussi pour prévenir d'éventuels problèmes qu'elle pourrait avoir. Pour atteindre cet objectif, il est indispensable qu'elle contrôle son territoire. Cette organisation va alors s'assurer qu'en dehors du désordre mafieux contrôlé, aucun autre désordre ne viendra troubler la paix des citoyens. C'est-à-dire qu'en dehors de sa violence organisée, aucune autre violence ne s'abattra sur son territoire. La mafia a réussi a conquérir une des prérogatives essentielles de l'État : le monopole de l'utilisation de la force physique sur un territoire donné. La violence n'est pas pour cette organisation criminelle une fin en soi. Elle est plutôt une manière d'affirmer son contrôle.

     Par la corruption, la mafia est parvenue à continuer une action politique et à développer de véritables rapports d'intégration avec les pouvoirs publics. Par exemple, pour corrompre un fonctionnaire, le mafieux va utiliser l'approche prudente et confidentielle qui lui permettra de connaître la disponibilité de l'agent public à le favoriser en échange d'une somme d'argent. Si cette technique ne porte pas ses fruits, le mafieux l'intimidera, ou voire l'éliminera. Par contre, si le fonctionnaire accepte le marché, il est placé dans des conditions de chantages permanents qui le mettra à la merci de son corrupteur. On peut donc dire, qu'à moins de vouloir perdre sa vie, ce fonctionnaire appartient déjà involontairement au système mafieux.

     Quant au politicien, il est corrompu par la mafia grâce à sa possibilité de contrôler le vote. On prendra l'exemple de la famille de Santa Maria del Gesù, une famille de 200 éléments. Si on pense que chaque homme d'honneur dispose, entre ses amis et ses parents, d'au moins 40 à 50 personnes, on imagine immédiatement l'effroyable puissance ! De même dans la province de Palerme, il y a entre 1500 et 2000 hommes d'honneur. Si on multiplie cela par 50, on obtient entre 65 000 et 100 000 voix orientées sur les partis et sur les candidats amis ! Autant dire que cela fait beaucoup de monde ! Il y a largement de quoi influencer le système politique en place, et d'en tirer de nombreux avantages.

     Elle va même forcer la population à voter pour certains partis ou certaines personnes. En échange de cette faveur, les politiciens garantissent une fois au pouvoir, la protection de la mafia elle-même et de son commerce. C'est de cette manière que des mafieux accèdent à des rangs comme maire, préfet ou conseiller municipal. Elle demande aussi le soutien des hommes politiques lors d'affaires aux tribunaux. Mais l'infiltration du monde politique par la mafia ne s'est pas arrêtée à une relation de soutien et d'influence. Elle a compris l'importance d'être actrice dans le monde politique et a commencé à mandater. Ainsi, depuis ces dernières années, elle se présente avec ses propres représentants politiques. Pour l'instant, cette action ne s'avère pas fructueuse. Enfin, pour le moment...

 

    Petite parenthèse d'actualité : La mafia napolitaine de recule décidément devant rien. Depuis quelques jours, la Camorra diffuse des contrefaçons du film de Matteo Garrone, Gomorra, qui est l'adaptation sur grand écran du livre-enquête explosif de Roberto Saviano, qui a rencontré un immense succès public. Pour six euros, le film présente tous les attributs d'un DVD officiel : la jaquette est une photocopie de l'affiche officielle, la boite comporte la traditionnelle vignette d'authentification "SIAE" obligatoire sur tous les supports multimédias italiens, et le tout vendu parfaitement emballé sous cellophane. En apparence, l'illusion est parfaite. C'est en lançant le film que l'on remarque que c'est un faux. La qualité vidéo n'est pas très bonne, et surtout une partie de l'écran à été floutée ! Il s'agit évidemment du bas de l'écran, là ou apparaissent les sous-titres destinés au public italien. L'essentiel du film a en effet été tourné en napolitain, une langue incompréhensible pour la majorité des Italiens. Mais bizarrement, une phrase n'a pas disparu, la dernière, juste avant le générique de fin : "En Europe, la Camorra a tué plus que n'importe quelle autre organisation terroriste ou criminelle : 4 000 morts dans les trente dernières années. Un tous les trois jours." Comme si le clan en était fier.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×